Votre compte : Connexion ou Inscription gratuite

Clermont-Ferrand: Clandestins, hors de nos facs!

Lancée par Alexandra Nantes le 04-10-2017, sera close dans 2 mois

Cette pétition sera remise aux destinataires suivants :

  • Bénédicte MATHIOS, doyen de la faculté
  • Mathias Bernard, président de l'Université Clermont Auvergne
  • Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand
  • Jacques Billant, préfet du Puy-de-Dôme
  • Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale

Depuis le mardi 3 octobre, un campement de migrants clandestins est installé à la Faculté de Lettres de Clermont-Ferrand, avec la bénédiction de la direction de l'Université Clermont Auvergne. Il accueille une centaine de clandestins originaires de Côte d'Ivoire, de Guinée, du Mali, dont la plupart ont été déboutés du droit d'asile.

Après l'assassinat de deux jeunes étudiantes par un terroriste islamiste en situation irrégulière à Marseille, il est inadmissible et insupportable de constater que d'autres clandestins peuvent aller et venir au vu et au su de tous sans risquer l'expulsion.

Le rectorat par son aveuglement idéoligique met en danger les étudiants dont il est censé assurer la sécurité. Maintenant plus que jamais, l'État ne doit plus faire preuve de laxisme concernant les clandestins. 

Pour mettre fin à cette situation inacceptable, agissez avec nous en appelant :

Faculté de Lettres (U.F.R. Lettres, Langues et Sciences Humaines): 04 73 34 65 04
Rectorat de l'académie de Clermont-Ferrand: 04 73 99 30 00
Mairie de Clermont-Ferrand: 04 73 42 63 63
Préfecture de Clermont-Ferrand: 04 73 98 63 63

Pour participer à nos actions et nous soutenir: auvergne@generation-identitaire.com

Cette pétition a été signée 80 fois.

» Voir les 20 dernières signatures   |   » Voir toutes les signatures

Les derniers commentaires

  • olivier g. (nantes)

    A signé le 09-10-2017

    il faut mettre à sac ces syndicats de gauche de" l éducation nationale" qui permettent cela.

  • Claudine T., Retraitee (BRANGES)

    A signé le 07-10-2017
    Inadmissible de voir ce qui se passe partout en France. Dehors ces migrants . Le gouvernement comme tout ceux d'Europe sont responsables et veulent notre remplacement et nous poussent à nous révolter contre cet assassinat voulu. Citoyens Français de souche, pour tout ceux qui ont donné leur vie pour le pays, il est plus que temps d'agir et de chasser ces nuisibles.
  • Paul F., Etudiant (Pont-du-Château)

    A signé le 06-10-2017

    Parlant à une personne habitant la résidence Lebon (juste en face du camp de migrants) pendant 2 heures, nous avons été approchés 3 fois par des représentants de l'UNEF qui sont venus en nous demandant ce qu'on faisait à rester là et pourquoi on rigolait, ainsi que pour signifier l'interdictioon de photographier le camp. Dois-je être désolé de rigoler quand je parle à une amie et qu'un camp de migrant se trouve (je ne sais pourquoi) en face de nous ? Dois-je me taire lorsqu'on me dit de ne pâs rester dans une rue qui est un lieu public ?

    Enfin, quand j'ai dû traverser le camp pour repartir à la fin de ma discussion, 2 migrants me suivaient afin de s'assurer de je ne sais quelle chose. Qui sont-ils pour se permettre de me filer comme des représentants de l'ordre ? En tant qu'étudiant de l'UCA, j'estime avoir encore le droit de me déplacer librement dans les infrastructures qui sont mises à ma disposition à partir du moment où J'ai payé une inscription dans cette faculté et qu'ILS ne l'on pas fait !

     

    Enfin, un message devrait être donné à l'UNEF, qui se vante tant d'être lep plus grand syndicat étudiant. Nous devrions leur rafraîchir la mémoir en leur rappelant qu'un syndicat étudiant est là pour assurer les meilleures conditions d'études aux étudiants, et non installer un camp de migrants (pour la plupart migrants économiques illégaux) à côté de la bibliothèque universitaire et beugler des slogans dans leurs interphones alors même que des étudiants souhaitent étudier dans la BU pour réussir dans leur vie ! Et quand ces imbéciles de l'UNEF m'ont répondu qu'ils les ont installé là pour que les étudiants aille se plaindre auprès de la préfécture afin qu'elle accélère ses actions, ils disent ouvertement que la situation des étudiants ne leur importe pas du tout et qu'ils préfèrent privilégier des étrangers en situation irrégulière plutôt que les gens qui on voté pour les représenter.

     

    Triste situation qui je l'espère prendra fin au plus tôt, car la patience de certains n'est pas illimitée.

  • Damien C., Pâtissier (Gaillard )

    A signé le 06-10-2017
    La loi doit être mis à exécution, les clandestins immigrés dehors, hor de France
  • Vincent C. (Clermont-Ferrand)

    A signé le 06-10-2017

    Non aux clandestins. La sécurité avant tout.

  • Dominique D. (SAINT MARTIN DU MONT)

    A signé le 06-10-2017

    La France victime de l'inconscience collective de nos dirigeants !!

  • Sebastien Bruno, Salarié (Riom)

    A signé le 06-10-2017
    Et c pas fini
  • Pierre N. (Montalembert)

    A signé le 05-10-2017

    Une fois de plus voilà une décision des autorités qui vas contre le bon sens 

  • Samantha V., Technicien culture cellulaire (Lachapelle-sous-Rougemont )

    A signé le 05-10-2017
    C'est inadmissible de laisser des clandestins investir l'espace de la fac. Vous rendez vous compte des risques que cela encoure?! Qu'est ce que vous attendez ? Un malheur? Si j'étais dans votre fac je boycotterais les cours! Je n'arrive pas à comprendre
  • Christophe l. (Castelnau de mandailles)

    A signé le 05-10-2017

    saturation !

» Voir tous les commentaires

La pétition de la semaine

France-petitions.com se bat pour que votre voix compte, pour qu’elle soit vraiment entendue.

Pas de pétitions bidon sur notre site. Chaque pétition a été crée publiquement par une personne et chaque signataire est une vraie personne dont nous vérifions la réalité.

Nous allons faire en sorte que votre voix soit vraiment entendue par le destinataire de la pétition et par toutes les personnes dont l’opinion compte.