Votre compte : Connexion ou Inscription gratuite

Appel pour la création d'un observatoire des suicides : les 20 dernières signatures

  • evelyne P. (ATTON)

    A signé le 29-09-2012
  • Pierre DI DIO, FO Savoie (SAINT BERON)

    A signé le 11-09-2012
  • Alexandre G., DIRECTEUR COMMERCIAL (Le Vésinet)

    A signé le 05-09-2012
  • Océane R. (Lyon)

    A signé le 10-07-2012
  • Anthony Gallic, Infirmier (Marseille)

    A signé le 22-06-2012
  • Marie-José A., Retraitée technicienne de laboratoire (TOULOUSE)

    A signé le 01-06-2012
  • Gabriella F. (Gennevilliers)

    A signé le 30-05-2012
  • ANTHONY LE GALLIC REYNARD, Employé dans les assurances (Marseille)

    A signé le 30-05-2012
  • Emilie P. (Tours)

    A signé le 07-05-2012
  • karima kouidri (livry gargan)

    A signé le 13-04-2012
  • Anne-Gaëlle CHAFFURIN, infirmière (Rémire-Montjoly)

    A signé le 13-04-2012
  • maurice morineau, retraité education nationale (ST-LO)

    A signé le 07-04-2012
  • Philippe L., Citoyen (St-Paul-de-Varces)

    A signé le 01-04-2012

    Il est temps de se pencher sur l'exception française qui nous met dans le peloton de tête à la fois de consommateurs de psychotropes et de candidats au suicide...

  • France B. (Mauléon)

    A signé le 21-03-2012
  • Dominique S. (Paris)

    A signé le 19-03-2012
  • Rémi I., magistrat (Tours)

    A signé le 16-03-2012
  • ANDRE C., PROFESSEUR (ARGENTAN)

    A signé le 15-03-2012

    Bnjour,

    En tant que professeur, je fus et reste touché par le suicide de plusieurs de mes élèves - 19-23 ans. Or, je les ai connus pendant 1 à 3 ans. C'est si inattendu qu'un tel choc est une grave et insupportable violence. C'est même un impensable. On connaît ces jeunes, on parle aux inter-cours, ils se confient à nous de ce qu'ils ne disent pas à leurs familles, on les encourage dans leurs études. Pour moi-et je ne suis pas le seul-mes élèves étaient un peu 'mes enfants' que j''aidais à s'élever vers la lumière de leurs vies, ils préparaient leur avenir. Et, soudain, la nouvelle tomba, terrible douleur, comme une réalité impossible. Je ne parvenais pas à y croire. Je n'ai pu aller en enterrer aucun, c'était au-dessus de mes forces.Les enseignants ne sont pas formés à une telle situation.Pourquoi ? Les autorités académiques craignent-elles que le fait d'en parler soit 'contagieux' ? Ce qui est inexact. Il faudrait absolument donner des téléphones de support moral aux élèves, dès la rentrée annuelle, leur montrer qu'ils ne sont pas seuls, etc-Il faut créer une formation obligatoire pour le monde enseignant, pour éviter de laisser les professeurs dans un marasme psychosocial et avec des répercussions si douloureuses. Différemment, j'en ai perdu d'autres, 20-24 ans, par accident de la route, par soudaine affection ( anévrisme, leucémie...), dont l'un d'eux sous nos yeux, impuissants que nous étions à réagir sinon appeler de l'aide. C'est aussi notre intolérable rapport à la mort si jeune, et à notre mort. Je ne suis pas encore remis, et s'en remet-on, 'comme avant' ?-Aucune de mes élèves n'a fait de T.S.-Bon courage à mes collègues enseignants ! SIGNEZ la PETITION pour créer l'Observatoire des suicides, svp, pour nos jeunes élèves - et pour tout le monde - et apprenons à voir au-delà de nos yeux. Aussi, que des parents soient mieux à l'écoute de leurs enfants. Et, les uns pour les autres, soyons ATTENTIFS et ATTENTIONNés !-ANDRE CLDT-professeur.

     

     

     

  • David L. (Saint Bres)

    A signé le 15-03-2012
  • Marie Blanc (LE HAVRE)

    A signé le 14-03-2012
  • pascale firmin, adjoint administratif (cloyes sur le loir)

    A signé le 14-03-2012

La pétition de la semaine

France-petitions.com se bat pour que votre voix compte, pour qu’elle soit vraiment entendue.

Pas de pétitions bidon sur notre site. Chaque pétition a été crée publiquement par une personne et chaque signataire est une vraie personne dont nous vérifions la réalité.

Nous allons faire en sorte que votre voix soit vraiment entendue par le destinataire de la pétition et par toutes les personnes dont l’opinion compte.